The book of Ivy

The book of Ivy

Je ne compte plus le nombre de critiques plus que positives que j’ai lu sur ce livre, et comme j’avoue apprécier les romans dystopique, elles m’ont donné envie de le lire, même la classification de roman pour ado ne pas fait peur, c’est dire tant j’avais d’espoir dans ce livre ! Et j’ai croisé sa route il y a quelques jours à la FNAC. Une Lily J survoltée ce jour-là, qui m’avait mise hors de moi, il n’en fallait pas plus pour que je me mette en mode autiste et torche les 342 pages du livre en une soirée !

pub-haut

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors

d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.

 

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont

vous ne sortirez pas indemnes.

Alors, soyons honnête, je suis super déçue, et pourtant, le livre est loin d’être un navet, mais plein de toutes petites choses ont fait que la mayonnaise n’a pas pris ! Au niveau de l’écriture, c’est plutôt pas mal, les phrases sont bien tournées, le style est fluide, les scènes bien décrites, mais il y a un gros problème au niveau des enchainements. On passe parfois d’une action à une autre par un simple saut de paragraphe, parfois, plusieurs jours séparent les deux actions. C’est bête, mais j’ai trouvé cela très déstabilisant, ça s’enchaine mais il n’y a pas de continuité, j’aurais préféré que les paragraphes soient séparés par des « *** », histoire de vraiment marquer une cassure dans le texte. ça c’est pour la forme.  Pour le fond, le contexte est crédible, ce qui est très bon point, néanmoins, je ne peux m’empêcher de noter quelques incohérences, l’auteure a beaucoup détaillé la ville de Westfall et la façon de vivre de ces habitants, du coup, je ne peux m’empêcher de me poser certaines questions : Comment trouvent-ils les métaux nécessaires au fonctionnement des appareils électriques (puisqu’ils en ont), comment arrivent t-ils à nourrir 10 000 personnes (avec autant de viande qui plus est) étant donné que les frontières de la ville semblent assez proches, je ne vois pas comment il peut y avoir assez de champs et fermes, enfin voilà, ce genre de questions là ! Moi pénible ?! Oki un chouia, mais si elle n’avait pas aussi bien décrit le monde, je ne me serais même pas posé la question !

En ce qui concerne l’histoire, la base est intéressante, et la présentation du contexte est réussie. Même si j’ai trouvé quelques petites similitudes avec Divergente (qui est le dernier livre que j’ai lu, donc ça n’aide pas…). J’ai aimé le fait que les personnages soient nuancés, qu’il n’y ait ni méchants, ni gentils, que tous aient leur part d’ombre. Malheureusement, certains personnages sont survolés alors qu’ils me semblent essentiels comme le président Lattimer, que j’aurais vraiment aimé mieux connaître. J’ai par ailleurs aimé l’évolution d’Ivy, son émancipation, elle grandit et voit enfin le monde par elle même et plus au travers de ce qu’on lui a dicté. Mais ce qui m’a dérangée, c’est qu’il ne se passe pas grand chose et c’est super dommage, tout se passe facilement et rapidement, il n’y a que trop peu de rebondissement. En plus, le livre n’est pas très long, corser certaines intrigues aurait tout à fait été possible sans tomber dans le trop. De plus, on perd pas mal de temps sur des thématiques secondaires, comme les histoires des voisins par exemple, qui bien qu’indispensables pour illustrer les problématiques du système actuel, ne nécessitaient pas qu’on s’y attarde autant car cela n’apporte pas grand chose à la suite de l’histoire. J’ai attendu, attendu, attendu qu’un rebondissement face décoller le livre, en vain jusqu’au final !

Le final justement n’est pas très réussi, qu’Ivy fasse ce choix est bizarre, je suis sûre qu’elle avait d’autres choix, mais on peut passer cela sur la fougue adolescente ! Mais même la réaction de Bishop est bizarre… On sent clairement que le final ne sert qu’à amorcer la suite prévue pour Novembre 2015. Je suis donc hyper déçue, parce que ce livre était vraiment prometteur mais où il ne s’y passe rien de bien transcendant, je l’ai trouvé un peu plat… Le fait de n’avoir entendu que des critiques ultra positives sur le livre m’a sans doute donné de trop grandes attentes, en toute objectivité, le livre est loin d’être mauvais, mais ce n’est pas un coup de cœur. J’espère que le tome 2 sera plus rythmé, je reste convaincue du potentiel de la franchise. Facebook . Twitter . Instagram . Hellocoton . Google +

var _gaq = _gaq || []; _gaq.push([‘_setAccount’, ‘UA-36679800-1’]);

_gaq.push([‘_trackPageview’]);

pub-haut

(function() { var ga = document.createElement(‘script’); ga.type = ‘text/javascript’; ga.async = true; ga.src = (‘https:’ == document.location.protocol ? ‘https://ssl’ : ‘http://www’) + ‘.google-analytics.com/ga.js’; var s = document.getElementsByTagName(‘script’)[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s);