Vagabond : Une famille, la banquise et des rêves

Vagabond : Une famille, la banquise et des rêves

Je ne me souviens plus avec exactitude à quand remonte la première fois que j’ai entendu parler de Vagabond, en revanche, impossible de sortir de mon esprit cette famille si singulière. J’en ai parlé ici il y a quelques mois, le voyage au long court en famille est quelque chose auquel je rêve depuis plusieurs années, forcément l’aventure de la famille d’Eric Brossier et France Pinczon Du Sel ne pouvait que m’intéresser. Mais, leur histoire pendant ce reportage télévisé ne m’a pas simplement intéressé, il m’a absolument captivé ! J’aime les voyages, mais ceux qui reviennent régulièrement ici aura sans doute remarqué que j’ai un léger penchant pour les pays chauds (voir même très chauds !). Ce que vous ignorez sans doute , c’est que j’ai une phobie absolue d’avoir froid (ça a sans doute un nom, mais je l’ignore). Je crains le froid, je déteste avoir froid, je mets des heures à me réchauffer, mes extrémités restent glacées pendant des heures même une fois revenue au chaud. La banquise semble vraiment magique, mais rien que d’y penser, le froid me tétanise, le manque de lumière aussi… Et puis, le confinement pendant des mois dans un voilier, même si je ne suis pas une solitaire, j’éprouve souvent le besoin de me retrouver seule. Et pourtant, sur mon écran de TV, ce couple, ainsi que leurs deux petites filles, avaient choisi de s’installer sur la banquise avec un voilier polaire pour maison. Entre missions scientifiques et vie de famille, Eric, France et leurs filles ont bâti un foyer chaleureux dans un des milieux les plus beaux mais aussi ses plus hostiles qui soit, c’est pourquoi cette famille m’a tellement fascinée ! Il y a plusieurs semaines, les éditions LE PASSEUR m’ont proposé de lire le livre relatant leur aventure en famille, je ne pouvais bien évidement pas laisser ma chance d’en apprendre plus sur cette famille extraordinaire !

pub-haut

Eric, le scientifique, et France, l’artiste, rêvaient d’une vie nomade, où ils pourraient concilier leur passion du voyage et la vie de famille. Ils ont donc quitté leur environnement citadin pour faire du voilier polaire Vagabond leur maison. Après avoir réussi, en 2003, la première circumnavigation intégrale de l’Arctique, puis séjourné cinq ans au Svalbard, ils ont élu domicile à l’entrée d’un fjord du Nunavut, au nord du Canada. Alors que leurs deux filles, Léonie (8 ans) et Aurore (6 ans), sont scolarisées avec les (nuits, ils poursuivent leurs expérimentations sur la banquise. Vagabond est en effet devenu un camp de base unique en son genre, qui accueille scientifiques, sportifs,

artistes et écrivains.

Immergés dans ce milieu extrême, France et Eric retrouvent des valeurs oubliées : l’humilité devant la nature, la solidarité, l’hospitalité, les échanges simples et authentiques. En choisissant cette vie hors norme, le couple transmet à ses enfants la soif de découvrir d’autres cultures, de se dépouiller du superflu et de savourer pleinement l’instant présent. Dans cet univers où la clarté de la neige reflète la pureté du ciel, c’est pour eux une manière de renouer, au quotidien, avec l’essentiel.

Parlons peu, parlons bien, j’ai vraiment beaucoup aimé cet ouvrage ! La famille nous raconte tout avec beaucoup de générosité et de simplicité leurs enfances, leurs passions, leurs goûts des grands voyages, leur amour de la mer, leur rencontre. Puis leur vie sur Vagabond, les missions scientifiques, la façon  dont la vie s’organise sur le bateau, la naissance des enfants, l’organisation de la vie de famille, leurs retours en France, leurs relations avec les populations locales (les passages traitant des inuits sont particulièrement passionnants, et m’ont permit de briser certains à priori que j’avais notamment sur la chasse au phoque) et leur ressenti quand au décalage de leur vie sur Vagabond par rapport à la notre. Le livre est également enrichi de quelques photos de la famille en pages centrales (celle avec les enfants regardant une aurore boréale au travers de le hublot est vraiment superbe), mais aussi d’annexes comprenant, entre autres, le plan de Vagabond. Cela permet de parfaitement visualiser leur mode de vie. J’ai adoré les 2 chapitres rédigés par leur ainée, c’est une excellente idée de lui avoir laissé la parole, cela permet de prendre conscience des richesses de cette vie pour les enfants. On comprend mieux leur choix de vie, le bonheur se lit à chaque page. De plus, j’ai appris plein de choses sur la mer, la banquise et les inuits. Premiers spectateurs du réchauffement climatique, le témoignage des auteurs permet de prendre conscience des enjeux de la lutte contre les pollutions à effet de serre et de la préservation des ressources naturelles comme l’eau douce. On en parle ici bien sûr, et des efforts sont faits, mais tout parait tellement loin. Je conseille vivement ce livre aux passionnés de voyage (en particulier en famille) et de découvertes, il se lit très facilement et est vraiment captivant.

> Plus d’infos sur Vagabond ici.

Facebook . Twitter . Instagram . Hellocoton . Google + (Visited 45 times, 1 visits today) banquiseFamilleLivrevagabondVoyage

pub-haut

Maman au foyer trentenaire d’une petite Lily J née en Août 2012. Ici, on adore voyager en famille ! Sinon, je parle aussi de nos sorties, de mes lectures et les lectures de Lily J, de mon côté sérievore, de mode enfantine. Je réalise quelques petits DIY et crochète un petit peu.