Quelques cléfs pour allaiter

Quelques cléfs pour allaiter

 Félicitations vous êtes maman, on vous pose votre tout petit contre vous et à peine avez-vous eu le temps de réaliser ce qui vient de se passer qu’on vous pose la question : « Alors cet enfant, vous comptez l’allaiter ? ». Si vous répondez par l’affirmative, on vous le placera au sein : Dans certains cas votre enfant saura tout de suite comment faire et vous voilà donc lancée mais les choses ne sont pas toujours aussi faciles. Avant la naissance de Lily J, on me disait beaucoup l’importance d’être informée avant. Oui il faut savoir que cela peut être difficile et douloureux, l’idéal est de rassembler des documentations sur l’allaitement pour les avoir avec soi à la maternité cela permet d’adapter en fonction de son cas personnel. Mais je pense que certaines futures mamans se mettent un peu trop la pression, à trop vouloir faire bien, elles ne se font plus confiance (moi incluse).

pub-haut

On en est là nous, mais là aussi je suis nulle, impossible de lui faire boire du lait !!!

Les débuts de l’allaitement à Lily J ont été catastrophiques, déjà je n’arrivais pas à mettre ma fille au sein et malgré une excellente succion mais ne réclamait jamais et s’endormait 1 à 2 minutes après avoir pris le sein. Les puéricultrices n’ont rien vu en dehors de ma maladresse, elles pensaient que je ne voulais pas allaiter. Jusqu’à ce matin où l’une d’elle m’a trouvée en train de pleurer. Elle a pris le temps de parler avec moi et surtout de m’écouter. Je lui ai expliqué que ma fille prenait peu, que cela m’angoissait et que plus les heures filaient, moins j’étais à l’aise et elle a pris les dispositions pour que nous soyons aidées ma fille et moi. C’est dur d’admettre que l’on n’y arrive pas et il faut savoir mettre sa fierté de côté, si elle n’était pas venue ramasser mon plateau ce jour là, je n’aurais jamais osé lui parler et j’aurais craqué et demandé un biberon. Si on sent que quelque chose ne va pas, il faut en parler, les premières sont décisives, si vous ratez le coche : Pas d’allaitement ! Maintenant bébé tête bien. Mais ce n’est pas pour cela que vous êtes sortie d’affaire !!! Heureusement à chaque problème, sa solution ! Outre les crevasses, les engorgements, les pics de croissance et autres petites joyeusetés (qui ont toutes des remèdes), ce qui a été assez difficile à gérer c’est la fatigue : J’avais calculé que lorsque ma fille avait 1 mois, elle passait près de 3 heures par jour scotchée à ma poitrine ! L’allaitement c’est à la demande, par contre, entre deux tétées j’ai toujours respecté un temps de digestion (environ 45minutes), cela évite les reflux pour l’enfant et permet à la maman de récupérer. J’ai pu observer des amies qui mettent systématiquement leur enfant au sein au moindre pleur, parfois tous les quarts d’heure, beaucoup étaient épuisées et on finalement laissé tombé alors qu’elles voulaient un allaitement long. En outre, il faut savoir différencier les tétées nourricières des tétées câlins, c’est facile, dans le second cas, l’enfant déglutit peu. La tétée câlin c’est super et ça marche toujours, mais l’enfant peut être rassuré autrement. Lily J avait une façon particulière de téter quand elle voulait seulement faire un câlin, on aurait dit un petit écureuil et j’aimais ces instants là, mais parfois, on a besoin de temps pour nous et j’appréciais que l’homme prenne le relais, d’ailleurs cela semblait convenir à tout le monde !!! Ces deux conseils ne font pas l’unanimité, mais ce sont ceux qui m’ont fait tenir, et je peux vous assurer que ma fille n’a manqué de rien : ni de lait, ni d’amour ! Passé l’âge de 6 mois, les tétées sont passées progressivement de « à la demande » à « à l’amiable ». On commence à introduire les fruits et légumes en général dans le 6ième mois (entre 5 et 6 mois), l’alimentation solide prend de plus en plus d’importance, et l’enfant commence à boire de l’eau, donc petit à petit nous sommes passées à des tétées à heures fixes (mais il avait des exceptions, en cas de chaleur, de faim, ou de chagrin…).

Si vous souhaitez allaiter longtemps, c’est à peu près à cette période que commenceront les premières réflexions, autant le savoir, il vaut mieux se blinder ! Si vous reprenez le travail à cette période, il est facile de continuer l’allaitement : Pas de contrainte de tire-lait (je n’aurais pas pu, cela aurait été compliqué avec mon métier où il m’arrive de rester coincée en ligne avec un client pendant des heures, ceci dit, de nombreuses femmes y arrivent très bien). J’ai allaité 2 fois par jour seulement pendant presque 6 mois sans baisse de lactation (elle avait de 9 mois et demi à 15 mois). 

L’allaitement de Lily J a vraiment été une jolie période, mais la mise en place a été compliquée, j’ai tâtonné, et on a finalement trouvé notre rythme, celui qui nous convenait à toutes les 2 et c’était bien.  J’ai hésité à faire ce billet parce que même si j’ai allaité ma fille 15 mois, je ne me considère nullement comme une spécialiste de l’allaitement, j’ai crois que je suis restée une allaitante débutante (je n’ai jamais été à l’aise pour allaiter assise par exemple, nous avons fait plus de 95% des tétées allongées, c’est fou non ?) ! Mais j’ai l’espoir d’être à nouveau mère un jour et d’allaiter à nouveau, je crois que mes astuces me serviront avant tout à moi-même inshAllah ! (Visited 30 times, 1 visits today) AllaitementConseils et astucesmaternité

pub-haut

Maman au foyer trentenaire d’une petite Lily J née en Août 2012. Ici, on adore voyager en famille ! Sinon, je parle aussi de nos sorties, de mes lectures et les lectures de Lily J, de mon côté sérievore, de mode enfantine. Je réalise quelques petits DIY et crochète un petit peu.