Pardonne-moi maman… #BadMother ou #BadDaughter c’est au choix…

Pardonne-moi maman… #BadMother ou #BadDaughter c’est au choix…

Lily J est de manière générale une enfant plutôt sage, très bouge-bouge mais sage : Elle s’occupe tranquillement quand je ne peux pas jouer avec elle, elle pleure rarement, elle est plutôt facile. Oui mais, autant j’ai cette chance qu’elle soit facile, parce que si on ne va pas dans son sens, elle a tout de même un sacré caractère ! Elle sait ce qu’elle veut, et met toujours tout en œuvre pour l’obtenir, et si elle ne l’obtient pas, gare à mes oreilles… En ce moment, elle fait des histoires pour la sieste, ça fait bien longtemps que j’ai abandonné la sieste lorsqu’il y a ses cousines, mais depuis quelques temps, elle refuse de la faire de temps en temps à la maison ou chez la nounou.  Nous sommes un de ces jours, nous sommes rentrées de la gym vers midi, je lui ai donné son repas, j’ai pris le mien, et on s’assoie un peu devant la télé. Ses petits yeux ont bien du mal à rester ouverts, elle est collée contre moi, ne bouge plus, il est temps d’aller se coucher. Je la change, fais la pénombre dans sa chambre, allume sa veilleuse, et lui fais un petit câlin avant de la mettre au lit. Au peine je la pose dans son lit, mon bébé ensuqué se transforme instantanément en bébé branché sur 12 volts, tape contre le mur et se met à hurler ! Bon… j’attends une dizaine de minutes, son énervement augmente de minute en minute. Il est encore tôt, le soleil brille, on ne va se prendre la tête, allons au parc.  Au parc, elle chouine, refuse de quitter la poussette pour jouer et somnole, donc nous voilà rentrées moins d’un quart d’heure après être parties. On lit un livre, elle dort debout, je la remets au lit, elle se relève ! Cette fois, je la laisse pleurer, cette gamine est crevée, il faut qu’elle dorme. Au fil des minutes, elle pleure de plus en plus fort, tape encore contre les murs puis commence à jeter ses jouets. J’interviens, elle crie de plus belle… Plus d’une heure depuis le premier coucher, plus d’une heure de pleurs, là je craque et me met à hurler « Lily J, ça suffit maintenant, tu vas dormir ! » Ce n’est pas la phrase que je trouve choquante, mais le cri que j’ai poussé, un cri de folle, jamais je ne m’étais entendue crier ainsi. Je ne suis pas du genre à crier, je déteste cela, je trouve que c’est vraiment inutile, donc j’évite le plus possible. Si je crie, c’est vraiment que je suis hors de moi, ce n’est même plus pour être entendue, mais surtout pour extérioriser.  Entre culpabilité et soulagement (parce que bien sûr, elle s’est endormie moins de 2 minutes après m’avoir transformée en bête hurlante…), je me rue vers le téléphone pour geindre auprès de ma mère parce que ma fille m’avait fait tourner en bourrique. En composant le numéro, je me souviens qu’elle criait beaucoup ma mère quand j’étais gamine : Ma frangine et moi prenions un malin plaisir à la rendre chèvre, elle criait fort, un peu comme moi il y a quelques minutes…  Je réalise et j’ai honte, je pose le téléphone, comment pourrais-je me plaindre de mon enfant qui me rend dingue à celle que j’ai rendue dingue quand j’étais enfant ? Je comprends mieux maintenant, je crois que je suis encore loin de tout comprendre, mais je comprends mieux : Pardonne-moi maman.

pub-haut

Allo maman bobo…

 C’était ma participation au #BadMother de Rock’n’Mom et PetitsDiables.

var _gaq = _gaq || []; _gaq.push([‘_setAccount’, ‘UA-36679800-1’]);

pub-haut

_gaq.push([‘_trackPageview’]);