L’allaitement, que du plaisir ?! Acte 5

L’allaitement, que du plaisir ?! Acte 5

Alors nous étions en Novembre, mon médecin s’inquiétait de la faible prise de poids de ma fille, quand à moi, je m’étonnais que ma fille hurle à la fin de chaque tétées, visiblement pas rassasiée, nous nous posions donc la question de l’allaitement mixte. J’ai reçu beaucoup de conseils, de soutiens de la part de nombreuses mamans de la blogosphère et je vous en remercie.

pub-haut

En novembre, il semble bien que ma lactation ne s’adaptait pas assez vite aux besoins croissants de ma fille, je sais ce qu’est un pic de croissance, mais c’était plus long, cette période a duré 3 bonnes semaines, cela me semble long pour un pic de croissance. J’ai suivi les conseils, j’ai donné et redonné le sein… Un soir j’ai craqué, je n’en pouvais plus de la voir hurler en tirant sur le sein, je lui ai donné un biberon de lait artificiel, elle en a bu 10ml, s’est énervé dessus et a fini par se calmer… Et puis c’est rentré dans l’ordre, les pleurs ont cessés peu à peu.

Les pleurs ont cessés, mais les tétées se sont rapprochées, de 6 tétées par jours, on est revenu à 7, puis 8… 8 tétées par jour (et qu’en journée, ma fille dort en moyenne 10 heures de suite la nuit) pour une enfant de 4 mois et demi c’est énorme, et j’avais l’impression de ne faire plus que ça. Et il y a ce jour où nous sommes partis en vacances, où je n’ai pas bu de la journée, où cela a forcément joué sur ma lactation et où je lui ai donné sa première compote. 

Sa diversification s’est faite un peu tôt, mais elle a eu le mérite de me réconcilier avec cet allaitement qui avait été les dernières semaines source d’angoisse, puis un peu pesant par sa fréquence. Je découvre les joies de 5 tétées par jour, ces tétées que l’on fait durer parce que l’on n’est plus pressée par le temps (4 heures d’espacement entre chaque tétées contre 2 heures, mes journées se sont grandement allongées !), ces tétées qui ne sont plus uniquement alimentaires, mais de nouveau un moment d’échanges et de câlins.

Mais le bonheur et la quiétude retrouvés ont été de nouveau entachés ! Et oui, elle a 2 dents maintenant ! Et franchement j’ai pu lire tout et n’importe quoi sur le sujet : Un bébé ne mord pas (vas dire ça à mon mamelon !), d’ailleurs quand ils n’ont que 2 dents, ils ne mordent pas puisqu’ils n’ont pas de dent en haut (Ok ils pincent si tu joues sur les mots, n’empêche qu’entre la puissance de la mâchoire et les petites pointes des dents en bas, ça fait un mal de chien !) et j’en passe… Je me suis sentie incomprise, lire qu’un enfant ne mord pas sa mère était comme si l’on me traitait de menteuse, comme si l’on me balançait à la tronche que ma douleur n’était que mensonge ! J’avais mal, Jenna me mordait plusieurs fois à chaque tétées, je n’avais pas de solution, j’ai voulu la sevrer.

Bébé ou piranha ?

En cherchant les infos pour réussir son sevrage, j’ai trouvé un dossier sur les morsures, là encore je lis qu’un bébé ne mord pas, mais le texte est plus nuancé, il existe des enfants qui mordent et enfin en bas d’article des explications sur la conduite à tenir : 

– Ne pas crier (pas facile au début, mais on finit par prendre le pli) : Soit cela ne sert à rien, soit le bébé a peur et refusera le sein par la suite, soit cela intrigue l’enfant qui reproduira la morsure juste pour revoir la réaction de sa mère (Jenna appartenait donc à la troisième catégorie).

– Retirer le sein immédiatement. Là vous avez 2 possibilités : Soit vous lui donnez un anneau de dentition et redonnez le sein 5 minutes après (cela n’a pas fonctionné chez nous), soit (et là c’est plus hard), vous remballez tout et attendez que l’enfant réclame sa prochaine tétée. 

La seconde méthode a été radicalement efficace : Au bout de 2 tétées avortées, ma fille ne m’a plus mordue (cela fait maintenant 4 jours). Les tétées sont de nouveau des instants de douceur et de partage. 

Lire dans des dossiers sur les morsures qu’elles n’existent pas est vraiment frustrant, cela a sans doute pour but de rassurer les mamans tentées de cesser leur allaitement à l’approche des premières dents, mais pour moi cela est un mensonge et de la désinformation. Les morsures existent, il serait sans doute plus judicieux de dire que les enfants ne mordent pas tous et surtout qu’il existe des méthodes très simples pour les faire cesser, que les premières dents ne doivent pas être la cause de l’arrêt de l’allaitement.

pub-haut

Aussi, et ce n’est pas rien croyez-moi, l’allaitement n’est pas qu’alimentaire, mettre au sein son enfant permet de le rassurer, et quand bébé sort ses dents, ce n’est pas du luxe, même s’il ne retrouve pas forcément le sommeil, il est beaucoup plus calme et juste pour cela c’est dommage d’arrêter par peur des dents. En dehors des médicaments, le sein est le meilleur allié pour traverser les poussées dentaires. Je le répète mais je trouve dommage que l’on idéalise l’allaitement maternel, si pour certaines femmes cela se fait très simplement et sans problème, cela n’est pas le cas de toutes. Je sais aussi qu’au fil de l’allaitement on oublie, j’ai oublié les crevasses, j’ai oublié la douleur de l’engorgement, j’ai oublié que ma fille s’endormait au sein au bout d’une minute, le fait d’avoir écrit sur le sujet me permet de me rappeler, je ne me ferais plus avoir la prochaine fois et surtout j’aurai les solutions.
action-on-36hellocoton-36