Fêter Noël, même sans père Noël !

Fêter Noël, même sans père Noël !

Je me suis posé la question déjà l’an dernier, et il a bien fallu prendre une décision : Le père Noël passera t-il chez nous cette année ? Je ne parle pas de cadeaux, mais juste de la légende qui dit qu’un vieux monsieur habillé en rouge et volant dans le ciel avec ses rennes, fait le tour de tous les logements du monde en 24heures, pour déposer des cadeaux au pied du sapin de Noël en passant par la cheminée que la plupart des logements ne possèdent pas !

Déjà juste à l’énoncé, il est certain qu’il va y avoir des problèmes et que l’enfant posera des question nécessitants des pirouettes, parce qu’à la limite il peut passer par le poêle (sous réserve qu’il se soit fait poser un anneau gastrique depuis l’hiver dernier), mais pour le radiateur c’est dur à avaler (Tooms en serait peut-être capable, mais c’est un peu flippant). Et je ne parle même pas de l’allure à laquelle il doit livrer les cadeaux, comment Airbus et Boeing arriveraient à vendre des avions s’il existait un mode de transport aussi efficace que le renne ?!

On a beau dire que le père Noël fait rêver les enfants, et que c’est une belle légende, je ne vois que seul avantage de trouver un moyen de pression pour que les enfants se tiennent bien tout le mois de décembre (ou tout du moins jusqu’au 25 au matin !!!). Tentant, j’avoue… Négative, un peu aussi… Mais je regrette simplement que ma réticence pour le père Noël soit aussi mal comprise, comme pour de nombreux sujets, je ne demande que le libre choix, mais je passe pour une rabat joie ou pire une briseuse de rêve.

Je me souviens très bien de mon enfance (ma mémoire est si saturée de souvenirs d’enfant que je suis aujourd’hui incapable de me souvenir de ce que j’ai mangé le midi) et de mon incompréhension quand j’ai compris le fin mot de l’histoire. Cela n’a pas gâché la fête de Noël, loin de là, mais je me suis vraiment demandé pourquoi les adultes racontaient cela (et quand j’ai compris quelques mois plus tard qu’ils nous avaient refait la blague avec la petite souris, là je me suis demandé s’il y avait encore d’autres trucs comme ça pour du faux).

Une chose est certaine en tout cas, la vérité sur le père Noël n’a pas changé mon amour pour cette fête. Et aujourd’hui, je suis convaincue que ce n’est pas le père Noël qui assure une fête de Noël réussie, même pour les enfants.

La magie de Noël, c’est d’être en vacances, d’aller visiter ses proches, de recevoir les cadeaux mûrement choisis pendant de longues semaines, de voir les villes illuminées, d’assister aux spectacles de fin d’année, de manger du chocolat, de passer les après-midi à regarder des dessins animés, de décorer sa maison…

Mes meilleurs souvenirs de Noël restent les interminables repas de famille, où l’on mange plus que de raison. Les cousines et moi allions fouiller dans les affaires de ma grand-même pour lui chaparder escarpins et colliers de perles en vue d’une représentation théâtrale ou musicale certes médiocre mais réalisée avec tellement d’amour que tous demandaient à la revoir plusieurs fois. Ou encore les années où nous avions droit aux chutes de neige et que nous nous regroupions autour de la cheminée. Et plus récemment, les parties de belote des heures durant.

Mes parents ne nous ont pas fait croire à la venue des cloches pour pâques, on a toujours su qu’ils partaient cacher les œufs dans le jardin et pourtant, cela n’a jamais gâché nos chasses à l’œuf, je pense que nous y avons pris autant de plaisir que tous autres enfants !

Forts de cette réflexion, nous avons fait le choix que le père Noël serait seulement un conte. On expliquera à notre fille que c’est une histoire que l’on raconte aux enfants (comme mes parents l’avaient fait pour les cloches). Et si malgré tout elle fait le choix d’y croire à force d’en entendre parler, on n’ira pas la contrarier.

action-on-74hellocoton-74