Etre mère, c’est aussi… #4

Etre mère, c’est aussi… #4

– Ne pas toujours savoir s’il faut rire ou pleurer quand notre progéniture fait une bêtise (« Haaaaan, mais t’as du fromage blanc de partout sur la figure, c’est sale, en même temps c’est vrai que c’est très drôle, tu ressembles au père Noël ! Oui mais non, c’est sale, et on ne joue pas avec la nourriture nanmého ! Attends je prends une photo pour l’envoyer à ton père ! » Ouais je ne suis pas super crédible des fois en tant que figure de l’autorité,mais je vous jure elle était trooooop mignonne!!!)

pub-haut

– Se demander s’il faut encourager l’esprit artistique de notre enfant lorsqu’il customise le carrelage, le tapis, ses fringues et même son visage avec ses feutres (vive les feutres ultra lavant pour bébé, c’est vraiment magique !)

– Devenir experte en diversion et instauration de rituels permettant de gérer des situations de crise ! Maintenant je ne crie plus « Lâche cette poussette, on rentre à la maison » (oui parce que le coup de je promène la poussette sur le pallier pendant 1/4 d’heure, c’est drôle 3 jours, au bout de 3 mois, je vous jure ça use…), je lui dis « Viens on va sonner pour prévenir Tunis (le chat) qu’on arrive à la maison ! » et ça marche ! Je ne compte plus le nombre de fois où la simple évocation de Tunis a permis de régler bien des problèmes !

– Avoir toujours l’air débordée, surtout les jours où le travaille pas. – Devenir organisée (ou tout du moins essayer d’être organisée) : On fait le sac à langer le soir pour le lendemain, le gommage du visage c’est le mercredi et le dimanche, on lance une lessive tous les 2 jours au minimum sinon on prend trop de retard…

– Passer des heures à jouer à la dinette, à la poupée, aux voitures, aux cubes…

– Apprendre des comptines juste parce qu’elle aime bien.

– Avoir des trucs bizarres dans son sac à main : Pouets, sucettes, bouts de jouets ridicules (le canard en plastique a provoqué une grosse crise d’hilarité chez toutes les personnes l’ayant vu : Merci Sonia Rykiel…)

– Être capable d’écrire une thèse sur Pierre Lapin, Masha et Mirshka et les Kiwis (enfin cela dépend des goûts de vos gosses), je vous en parlerais peut-être un jour !

– Découvrir sa tolérance à la souffrance à l’écoute du générique de Chloé Magique.

– Ouvrir la porte au livreur de sushi avec une coupe de dingue et un serre tête rose fluo, parce que j’avais oublié qu’on avait joué à se coiffer !!!

– Perdre toute dignité en traversant son appartement à quatre pattes avec son marmot sur le dos, juste parce que ça le fait rire !

– Etre partie deux jours, avoir adoré sa soirée, et s’être sentie nulle et vide le lendemain matin (« Mon bébé me manque ! »)

– Être fière de la voir grandir, apprendre, s’épanouir, devenir autonome.

pub-haut

– Accepter qu’elle ne restera pas toute sa vie un bébé.