Etre enceinte, quel pied ! (nan, j’déconne)

Etre enceinte, quel pied ! (nan, j’déconne)

J’ai d’abord pensé intituler cet article « Les joies de la grossesse », mais je me suis fait une torsion des amygdales à force de rire. Si tu me lis, il est plus que probable que tu sois déjà passée par le mode « Transformers » ou alors que tu t’apprêtes à devenir Maman.

pub-haut

Si c’est le cas, je ne veux pas te faire peur, hein. Mais, purée…C’est long 9 mois de grossesse.

Ça commence pourtant bien !

Un matin, tu te lèves, encore fraîche et innocente, tu fais mumuse avec ton pipi, et… Tu découvres que tu vas être môman ! (Court résumé, j’en conviens). Et tu as envie de le crier au monde entier !

Profite tant que tu en as encore la force.

Quelques jours plus tard, ça rigole déjà moins :

« C’est qui l’connard qui a mis du Xanax dans mon double expresso ?? ».

Tu luttes pour ne pas t’endormir alors que tu t’es levée il y a 2 heures (dixit, la fille qui s’endormait sur son clavier au bureau. Hyper distinguée, la marque des touches sur la joue).

Tu ne supportes plus certaines odeurs, ton repas a envie de retourner dans son assiette, plusieurs fois par jour. Ton repas préfère tes chaussures en cuir Zara (Edition maxi limitée).

upi2-5408770-4158404

TOUT ÇA DISCRETEMENT.

Parce que le médecin, il a dit qu’avant 3 mois de grossesse, on ne s’emballe pas. Donc tu ne dis rien à personne. Et tu attends avec fébrilité les 12 semaines, sans trop comprendre ce qu’il t’arrives.

Parce que du ventre, tu n’en as pas (LE GRAS, ÇA NE COMPTE PAS).

Parce que ce n’est pas encore concret, (Parce que ce foutu repas, il passe décidément pas !)

Vient la 1ère échographie…

Tu es toujours crevée, tu viens de faire de faire ta 3ème prise de sang (« 15 tubes ?? Il va en rester, vous croyez ? »). Mais tu découvres ton haricot.

Il est super beau, il flotte dans sa piscine privée. Tout va bien pour lui. Tu l’annonces officiellement, en brandissant fièrement la 1ère photo d’une longue série ! Tout le monde est content, on te félicite, tu es sur un petit nuage.

Mais il reste encore 6 mois !

Tu as encore des nausées, la tête qui tourne, t’as la dalle à 16h et faut que tu manges un Mc Do à 16h, sinon ça va pas.

Et puis, y’a ce p’tain de Jean’s qui a rétréci (si, si).

La jupe aussi a rétréci, elle devait être dans la même machine. Hein.

Tu commences à avoir du bidon et ça tire un peu.

Les gens ne te laissent pas passer à la caisse prioritaire, parce que tu n’es visiblement pas assez enceinte.

Tu saignes des gencives, du nez, des pieds, c’est ballot, tu pensais être tranquille de ce côté-là.

Le canapé t’appelle régulièrement, c’est devenu ton grand pote. Bah, oui, il est super confortable et pratique pour se gratter frénétiquement les plus petites parcelles de ce nouveau corps (qui gratte beaucoup, tu l’auras compris).

Mais aussi pour faire ta petite sieste de 13h à 19h (*narcolepsum grossessum*).

Maintenant, ton estomac crie famine :

 1/ Au moment des repas 2/ Entre les repas 3/ La nuit 4/ Pendant ton sommeil. Et ton mec connaît les restos qui livrent encore à 23h. Et il a intérêt.

Ouais, t’es devenue un peu chiante aussi.

C’est une fille ! C’est un garçon !

Tu commences à faire cramer la carte bleue, et passe ton temps sur les sites internet pour « mamans flippées« . Mais les nuits commencent à être légèrement difficiles…

Tu connais par cœur l’expression « avoir le feu intérieur ». Au sens propre. Et ça remue dans le dedans de ton ventre, si tu aimes ça, la nuit, beaucoup moins.

Tu roules pour t’extirper de ton lit afin de soulager ta vessie une dernière fois (avant la prochaine demie-heure). Avec un peu de chance, tu connais aussi la joie des jambes qui remuent toutes seules sous les draps.

Et en journée, tout le monde s’accorde à dire que tu as vraiment bonne mine.

Tu es très distinguée.

Tu es essoufflée, écarlate et au bord de l’évanouissement quand tu montes un trottoir (Inutile de préciser que les escaliers, tu as oublié ce que c’était). Alors, tu te résous à enfiler les bas de contention qu’on t’avait prescrits le mois dernier.

Enfin, tu essayes.

Puis, dormir, tu ne connais plus.

Alors tu redécouvres toutes les séries AB1 Productions Et tu chiales en regardant les rediffs de Babyboom à 3h du matin.

T’es juste UN PETIT PEU à fleur de peau, rappelons-le.

Quand tout à coup : »Ouille ! Ah, Ouille ouille ! »

Tu viens d’avoir ta 1ère « vraie » contraction. Vite, tu essayes de dompter tes cheveux emmêlés et plats. Tu tentes une épilation sauvage à l’aveugle, histoire de conserver le peu de dignité qu’il te reste.

« Re-Ouille ! Ah, mais !! P*** ça fait mal ! »

(Tant pis pour le vernis écaillé !)

C’est le matin, le milieu de l’après-midi ou la nuit.

Tu as ton enfant dans tes bras. Et tu as déjà tout oublié.

Finalement, cette grossesse, quel pied !

pub-haut

(Nan, j’déconne)