Maternité rime-t-elle avec fin des amitiés ?

Maternité et amitié

L’amitié a toujours eu une place centrale dans ma vie.

J’ai eu des chagrins d’amitié, que je ressasse encore quelquefois, des années après.

Certaines amitiés, je les ai laissées filer. D’autres, j’ai eu l’impression de courir après, sans réciproque. L’amitié, cela s’entretient oui. Mais ça évolue aussi.

Est-ce le fait que je sois devenue mère qui a changé ces relations ? Et que ces amis, eux, ne sont pas encore parents ?

J’ai été la première à devenir maman, et encore aujourd’hui, je suis la seule parmi mes amis, trentenaires ou presque, à avoir eu un enfant. Je ne suis plus aussi disponible, je le sais. Je me suis éloignée sans m’en rendre compte, car l’arrivée d’un bébé créé un certain isolement, du moins les premiers mois. On s’enferme dans sa bulle, à trois, et on vit au rythme (assez chaotique) du nourrisson. Et on grapille les moins minutes de calme pour se reposer ou terminer ce qu’on l’on a l’impression de ne jamais réussir à terminer. On veut dormir. DORMIR rien qu’un peu (mais on préférerait beaucoup).

On s’oublie un peu, et sans doute que j’ai oublié les autres aussi. Il me semble que dans ces moments-là, j’aurais aimé savoir que mes amis étaient présents. Peut-être avaient-ils peur de nous déranger dans notre bulle, c’est fort possible.

Ce que j’aimais, c’était boire un verre en terrasse…

Et fumer une clope avec mon amie tout en refaisant le monde.

Ce que j’aimais, c’était ces fêtes impromptues dans une chambre de cité universitaire, où les choses les plus improbables pouvaient arriver.

Ce que j’aimais c’était les heures passées au téléphone, l’oreille chaude et le chargeur branché pour continuer de rire et de converser avec légèreté. À n’importe quelle heure, même la nuit.

Ce que j’aimais avec mes amis, c’était l’improvisation totale et le sentiment de liberté. Mais quand on devient parent, on ajoute de l’organisation et du prévisible à notre vie.

J’ai en tête mes 30 ans, en début d’année.

J’avais pensé faire une grande fête, j’adore ça les fêtes. Et marquer le coup pour le changement de dizaine. Au fur et à mesure que je donnais la date choisie, les gens m’annonçaient qu’ils ne pourraient pas être là, pour diverses raisons. J’ai fini par imaginer qu’on me préparait une surprise, un anniversaire surprise ! Finalement, il n’en était rien. Le jour de mes 30 ans, je l’ai passé en famille, avec ma « petite famille ». Quelques sms reçus, et voilà, fin de la fête.

Peut-être bien que ce nouveau statut a changé quelque chose. Peut être que je suis moins intéressante maintenant ? Je me pose souvent la question. Lorsque l’on vient me rendre visite chez moi, on trouve également le petit couple mère-fille, puisque je suis mère au foyer. Je n’ai plus d’amis de fac, les études sont finies. Pas de collègues, j’ai choisi d’être à la maison avec ma fille. Mes sujets de conversation sont sans aucun doute moins « palpitants » !

Bien sûr, les amitiés vont et s’en vont, certaines seront présentes tout au long de la vie, d’autres ne sont que de passage. Les rôles ont changé avec les années, tout évolue et l’amitié suit ce rythme. Ou elle ne survit pas.

Des amis sont toujours là, moins présents mais là.

D’autres sont entrés dans ma vie, en même temps que la maternité, dès ma grossesse parfois. Parce que l’on s’est retrouvés en tant que parents tout « neufs », sur les mêmes sujets de discussion. Les mêmes questionnements. Les mêmes confidences joyeuses, exaspérées, étonnées de parents. La raison d’être de ce « blog de maman » se trouve très certainement dans cette envie de partager, avec des personnes qui peuvent me comprendre.

Maternité et amitié, ça rime presque. Mais pas tout à fait. Il y a un « i » en plus. Comme la place que chacun doit retrouver dans cette nouvelle configuration, se retrouver autrement pour faire perdurer ce lien.

Les liens amicaux font des allers-retours, c’est certain. En même temps que l’on grandit. Un déménagement, un nouveau mec, une naissance et on se voit moins, on ne prend plus le temps de se donner des nouvelles. Sans doute que lorsque ces amis deviendront à leur tour parents, cela changera encore une fois la donne. Je serai là.

Il suffit parfois d’un coup de fil pour retrouver l’amitié là où on l’avait laissée.

37 comments

  1. lilies02 says:

    Je reconnais bien là tout ce que j’ai pu vivre quand ma situation a changé.
    Quand tu te mets en couple, tu passes déjà un cap en amitié, tu n’es plus la célibataire qui s’amuse.
    Quand tu as un enfant c’est pire encore.
    On n’a plus que les vrais ami(e)s très proches qui se fichent de la distance, de l’absence et des contraintes et qui sont eux heureux de nous retrouver quand on peut !!!!

    • Mômes et Merveilles says:

      Ah oui, j’avais oublié aussi ce changement lorsque l’on se met en couple 🙂 Mais certains jeunes couples se mettent en retrait pour rester dans leur bulle d’amour 😉 Et perdre leurs amis en les oubliant ! En général, ça se calme au bout de quelques mois ha ha !
      Les vrais amis restent, c’est le principal, je suis bien d’accord avec toi 🙂

  2. Aurélie GEOFFROY (Les miss a couettes) says:

    Je comprends bien ce que tu veux dire, j’ai eu le même sentiment d’abord quand j’ai rencontré mon conjoint puis quand je suis devenue maman.
    Je pense qu’une fois les études terminées chacun prend sa route de son côté et on fini par changer sans le vouloir forcément, après au fil des années certaines amitiés passé depuis des années reviennent comme ça par hasard mais ce n’est plus vraiment pareil et puis d’autres se créent, c’est ça la vie comme tu dis ça va ça vient et puis dans 15 ou 20 ans nos amis ne seront probablement plus les mêmes non plus.

    • Mômes et Merveilles says:

      La fin des études, j’ai trouvé que c’était un cap difficile pour les amitiés. Finalement, seules les plus fortes continuent. Mais ça fait un bon tri^^
      J’aime bien imaginer que mes amies seront toujours là dans 20 ans, les plus proches évidemment !

  3. Petite G says:

    Eh oui, je crois que c’est inévitable ces déceptions… D’accord avec lilieso2: ça commence quand on se « case » et que les copines célibataires le vivent comme une trahison et s’éloignent, alors qu’on aime toujours faire la fête… Et puis l’arrivée du premier bébé marque un cran de plus, moi j’ai perdu comme ça les 3 personnes que je côtoyais pourtant le plus à l’époque de ma trentaine et que je pensais être de vraies amies. Ca m’a fait souffrir, et puis je me suis dit que ces personnes n’étaient pas destinées à rester dans ma vie, voilà tout, bébé ou pas. Les vrais amis sont toujours là, et toujours heureux de nous savoir heureux, même si nos choix diffèrent des leurs. Ca a fait de la place dans ma vie pour d’autres rencontres, et maintenant je sais mieux m’entourer, et laisser partir ceux que ma « petite vie » ( comme une ancienne « amie » aimait à me l’envoyer dans les dents) ennuie et indiffère. Ma vie est peut-être plus « rangée », moins fofolle et spontanée, mais elle est riche et tout sauf petite ! Et ceux qui ne le voient pas peuvent prendre le large, je ne les retiens plus 🙂 Je viens de fêter mes 40 ans, entourée de plein d’amis et copains, certains trèèèès anciens et d’autres plus récents. Tous ne seront peut-être pas là dans 1 an, 2 ans ou 10 ans, mais qu’importe: on a passé de beaux moments.Et les « vrais » seront toujours là, eux 😉

    • Mômes et Merveilles says:

      Vraiment pas sympa ton « amie »… « Petite vie », comme si c’était une vie médiocre, vraiment étrange comme réaction. On en reparlera quand elle deviendra mère à son tour 🙂
      Je suis hyper étonnée que tes amies de l’époque ne se soient pas réjouies quand tu as eu ton bébé… Justement, c’est là que tu dois montrer que tu es présente, c’est un bouleversement tellement énorme !
      En tout cas, je me souhaite le même anniversaire que le tien pour mes 40 ans 🙂

  4. weena says:

    Comme je le dis souvent, c’est là que je mesure ma chance ! Dans les divers groupe d’amis, on a tous fait des enfants en même temps, et même si je suis très isolée dans la ville où on habite, que chacun est parti de son côté après les études et qu’il est plus difficile de se voir, on arrive encore à s’organiser des week-end tous ensemble de temps en temps ^^
    Par contre, je trouve difficile de créer de nouvelles amitiés après les études. .. peut être quand mon aîné rentrera à L’école?

    • Mômes et Merveilles says:

      Je vois autour de moi des personnes qui ont toujours beaucoup d’ami(e)s, même en étant parents. Je trouve ça vraiment chouette d’avoir réussi à garder le lien. Quand on a tous des enfants, c’est sans doute plus facile 🙂

  5. Petits trognons says:

    Oula oui ça me parle… Même plus que ça !
    Nous étions le premier couple des 4 couples très soudés dont les hommes se connaissaient depuis la primaire…
    Nous avions même donné le rôle de parrain/marraine à l’un de ces couples…
    Pendant la grossesse tout était super, tout le monde appelait pour prendre des nouvelles, tout le monde était excité… Mais dès que la puce est arrivée, des distances se sont mises…
    La marraine n’arrêtait pas de faire des remarques sur le fait que ma fille pleurait trop… Elle m’a reproché d’être sortie de table pendant une conversation parce que ma fille s’était réveillée en pleurant..
    Puis on a commencé à nous mettre énormément à l’écart : après une soirée chez nous ils allaient tous finir la soirée chez l’un d’eux, lors d’un brunch tous ensemble ils choisissaient de se mettre sur la terrasse en plein soleil… Un jour on s’est disputé avec le parrain et la marraine, on nous a dit que notre fille n’était pas le centre du monde, qu’elle était loin d’être parfaite et qu’ils avaient aussi des problèmes… Et que devenir parents ça changeait rien à la vie ! Les 2 autres couples se sont mis de leur « côté »… Du jour au lendemain, on s’est retrouvés tout seuls, ils nous ont même « désinvité » de leur mariage alors que mon mari était le témoin…
    Bref, on a décidé de changer de parrain et marraine et tout va bien !
    Sauf qu’on a plus aucun amis maintenant… Vivement que ma fille rentre à l’école pour que je connaisse d’autres mamans…

    Enfin voilà, je me retrouve dans ton article comme tu peux le voir… Désolée pour le pavé ! Mais ça fait du bien quand ça sort ! Tu me donneras tes honoraires de psy ? 😉

    • Mômes et Merveilles says:

      Wow, c’est vraiment pas cool… Je suis scotchée par les propos qu’ils vous ont tenu… Et pour le mariage :O
      J’imagine que ça vous a blessé profondément… Mais s’ils se marient, c’est qu’ils pensent (sans doute) « bébé », ils repenseront à vous à ce moment, j’en suis sûre (même s’ils ne vous le diront pas).
      Ca me rappelle un peu un de mes « chagrins d’amitié ». C’est difficile de ne pas ressasser, surtout quand on a des nouvelles par l’intermédiaire d’autres personnes.
      (Pour la consultation, c’est gratuit, je ne fais jamais payer la 1ère :p).

  6. Elodie says:

    Aujourd’hui je ne résiste pas à commenter ton article, c’est toujours déstabilisant pour moi et touchant de te lire sur ton blog, et de t’y voir te dévoiler autant. C’est vrai, les amitiés changent et prennent des modalités bien différentes au fur et à mesure des années. Et c’est vrai aussi que c’est troublant de voir nos amies devenir mamans, surtout toi qui es ma plus vieille amie ! 🙂 Tu m’impressionnes et m’émeus dans ce rôle. Ton article est l’occasion de te dire que j’aimerais que l’on se voit plus souvent. Mais aussi rares sont les moments, quand ils arrivent ils sont précieux parce qu’ils sont simples et sereins, ça me remplit de joie quand on se retrouve et que je te vois évoluer dans ta p’tite famille 🙂 On grandit, mais tu seras toujours mon Armande, et tu auras toujours cette place si particulière dans mon coeur 🙂

    • Mômes et Merveilles says:

      Haaaan 🙂 J’ai lâché ma petite grosse larme, voilà 🙂
      Je ne savais pas tout ce que tu me dis là ! ( me dis pas que je suis ta plus vieille amie, ça me fout le bourdon, ha ha !).
      Je ne m’épencherais pas plus ici, je deviens pudique d’un coup 😉
      Mais sache que tu fais partie de celles que je sais, qui seront toujours là 🙂 (ma phrase est moche, mais bon, on se comprend !).
      Et moi aussi, je serai toujours là pour Philomène 🙂

  7. elisa says:

    j’ai l’impression que ça concerne chaque changement de vie…on passe à un statut différent, nos amis ne nous on pas connu comme ça avant….et seuls les vrais restent. autant dire que chez moi il en reste juste 2…et encore.

  8. Sabrina says:

    Bonjour, je me permets de laisser un petit commentaire pas en tant que maman car je ne le suis pas encore mais en tant qu’amie de mamans. Je comprends ton point de vue. Ce n’est pas évident de passer à une grande amitié au quasi néant. Me concernant, je ne me suis pas coupée de mes amies de longue date devenues mamans. J’ai appelé, envoyé des sms. Souvent sans réponse. Je sais qu’elles sont occupées mais j’ai toujours cette impression d’aller tout le temps vers elles et ça fait mal.. Aujourd’hui, je n’ai plus envie de faire des efforts. Je pense que l’amitié ça va et ça vient, c’est la vie et ça s’entretient aussi des 2 côtés 🙂

  9. Fugu says:

    J’ai vécu la situation un peu inverse, c’est à dire que les amis que nous avions ont fait des enfants et ont décidé de s’éloigner car sans enfants, nous n’étions plus « intéressants ».

    Dans les repas de famille, étant la seule femme sans enfants de ma génération, je suis toujours mise à l’écart, alors que j’aime entendre parler des enfants des autres. Les hommes sont plus nombreux et beaucoup ne sont pas encore papas, aussi l’Amoureux ressent moins ce problème. (Oui il y a encore une vraie séparation entre les sexes, ce qui est assez frustrant d’autant que je n’ai pas « ma place » parmi les femmes. ^^)

    J’ai eu aussi l’occasion d’en discuter avec d’autres personnes sans enfants qui ont choisi de s’éloigner des couples avec enfants, pour la raison (assez triste, je trouve) que les parents… Parlent trop de leurs enfants.
    Alors bon, sans vouloir offenser qui que ce soit, j’avoue que d’être coupée en plein discussion par un parent qui s’exclame d’un coup « Ooooh tu sais ce que ma fille/mon fils a fait ?! » en se tournant vers la troisième personne me gonfle un peu. Mais en dehors de ces situations où il y a, je trouve, un vrai manque de respect, le fait que le bébé pleure, que le parent doive se lever de table ou autre.. Je trouve ça normal moi. :/ (D’ailleurs là aussi, quand je connais bien la personne, je propose d’y aller moi même, ou au moins je m’arrête de causer pour lui proposer de s’occuper de l’enfant, ça me paraît normal).

    Je pense que beaucoup sont très égocentriques, ils ont besoin d’être le centre unique de l’attention et un enfant, ça en demande beaucoup (trop pour eux, ils verront quand ils seront parents mouaha).

    On en revient à la notion de « vrais amis ». Malheureusement, je crois que je n’en ai pas trouvé, et qu’on est condamnés l’amoureux et moi à rester dans notre bulle. Il faut dire qu’on est plutôt timides, ça n’aide pas. ^^

  10. linoadiary says:

    J’aime beaucoup ton article, il m’a fait réfléchir et je me dis que la non maternité est également un frein à l’amitié.
    Ne pouvant avoir d’enfant, j’ai vu mes amies prendre leur distance comme si c’était contagieux ou ne pas savoir comment agir.
    Mais tu as raison, peut être qu’un coup de fil aiderai mais pas toujours malheureusement …
    Courage à toi !! La bulle avec son amoureux n’est vraiment pas mal !!!

  11. l0uanne says:

    Mon dieu que je te comprend !!! J’avais évoqué la même situation dans un de mes articles sur mon blog. Pareil je suis la première à m’être posé et avoir eu des enfants du coup le rythme est plus le même, elles vivent aux rythme des fêtes quand moi je vis au rythmes des couches… Puis quand on veut se faire une sortie entre filles, c’est tout une organisation car il faut quelqu’un de dispo pour garder bébé… du coup ca créer un décalage et elles ne comprennent pas toujours le pourquoi du comment….

  12. Summer Girl says:

    Je comprends parfaitement ce que tu as vécu, de mon côté j’ai des amies avec et sans enfants, j’en ai perdu aussi, mais je pense qu’on avait évolué différemment et que forcément l’arrivée des enfants ne fait que mettre en avant ces différences. Pour certaines je me suis battue pour garder un lien, j’en ai aussi retrouvé d’autres qui vivent loin de moi et au final je me dis qu’une vraie amie sera là quoiqu’il arrive peu importe le temps et la distance <3

  13. Emmy says:

    Je comprend ta déception de perdre des amis, mais je peux te donner mon point de vue de femme en couple sans enfants. J’ai des copines et des connaissances qui ont des enfants ou vont en avoir. Personnellement, je n’aime pas trop les enfants. Et le problème avec ces personnes est que le seul sujet de conversation qu’elles ont une fois devenu parents, c’est bien sûr leur enfant. Je me réjoui de leur bonheur et je n’ai bien entendu rien contre quelques nouvelles de leur progéniture, mais quand je sais que je ne vais entendre parler que de ça et qu’elles ne demanderont aucune nouvelles à propos de ma vie à moi, je m’éloigne. Par contre je reste fidèle à ma copine devenue maman si elle ne change pas de personnalité, même si elle a moins de temps à me consacrer…

  14. Lucie says:

    J’ai été longtemps dans la même situation. Etant enceinte tout allait bien et mon accouchement s’est mal passé, et je me suis repliée sur moi-même. Je ne suis pas du genre à étaler mes problèmes, donc j’ai tout gardé pour moi. Quand je me suis décidée à en parler, je pleurais et comme mes amies célibataires ou sans enfant ne comprenaient pas le malheur que j’avais vécu, j’ai le sentiment que ça les a éloignées alors que j’avais vraiment besoin d’elles et je n’ai pas su l’exprimer. Je vous comprends tout à fait !

  15. Callie says:

    J’ai la solution : Ne pas avoir d’amis XD
    Non sans rire, j’ai perdu 3 très bonnes amies quand je me suis mise en couple.
    Je m’en suis fait 2 exceptionnelles quand je suis tombée enceinte.
    Des perles, rencontrées sur Instagram, nos enfants ont le même âge.
    Je suis originaire de Toulouse, comme elles, mais j’habite à Montréal, à plus de 5000km.
    On discute tous les jours, on s’est vues plusieurs fois lors de mes passages en France. On ne se connait que depuis un an, mais j’ai parfois l’impression que nous sommes amies de longue date.

    (D’ailleurs elles me manquent énormément en ce moment même)

  16. Corentine says:

    Je suis tombée sur ton article par hasard et il m’a fait du bien car je suis en plein dedans.
    Nous sommes aussi les premiers de nos amis à avoir franchi le pas, du mariage puis du bébé dans la foulée. Je n’ai heureusement pas encore « perdu » d’amis du fait de ma situation familiale, mais en ce moment je n’arrête pas de repenser à mes moments d’avant, à cette liberté que tu évoques si bien, à l’improvisation de mes journées, aux soirées décousues et alcoolisées, aux verres en terrasse…Bref, à ce que je ne peux -presque- plus faire à présent. Je suis comme toi maman au foyer, par choix heureusement, je suis comblée par cette vie, mais régulièrement me viennent en tête des bribes de mon existence d’avant et je ne peux m’empêcher de ressentir une pointe d’amertume… Nos amis ne se décidant pas à pouponner je n’ai personne à qui confier toutes ces idées parfois contradictoires…

  17. Superm13 says:

    Merci pour ton article, ça m’a fait du bien… Nous ne pouvons pas avoir d’enfant et avons essayé pendant des années, c’est lors de ces années que nous avons perdu quasiment tous nos amis, ceux ne voulant pas d’enfant n’ont pas compris notre entêtement à essayer et ceux ayant des enfants étaient trop mal à l’aise devant nos échecs, j’appelle cela la double peine, car nous sommes assez isolés socialement! Bref vive la bulle avec l’amoureux et conclusion de tout cela, c’est qu’il manque beaucoup d’empathie et de souplesse d’esprit dans notre société !

  18. La fée Biscotte says:

    Moi quand je suis tombé enceinte de ma fille j’étais la première dans mon entourage. Et je me suis trouvé déconnecté de la réalité. Plus trop de conversation avec mes amies, difficulté de trouver des créneaux pour nous voir…
    Du coup on a mis un peu de distance. Et lorsqu’elles sont tombées enceintes à leurs tour elles sont revenue vers moi et tout est repartie comme si de rien n’était.

  19. Milune says:

    J’ai 33 ans, je ne suis pas Maman, pas par choix mais parce que je ne peux pas.
    Je suis donc de l’autre côté du miroir,
    Les quelques copines que j’ai qui sont devenue Maman dont ma meilleure amie qui a été la première car elle est devenue Maman a 22 ans ce qui est rare de nos jours, moi j’ai eu le sentiment inverse du tient. Toi tu dis que tu penses que tu n’es plus assez intéressante pour tes amies, moi c’est moi qui ait eu l’impression de ne plus être assez intéressante pour elle. Elle ne m’appelait plus, ne m’invitait plus à ses soirée alors qu’avant s’il n’y devait y avoir qu’une seule personne présente ça aurait été moi, moi je continuait à l’inviter mais elle avait toujours une bonne raison de ne pas venir.
    Sachant qu’elle lisait de temps en temps mon blog, un jour j’ai écrit un article sur elle, sur notre amitié et j’ai crié à quel point elle me manquait et à quelle point elle était encore importante pour moi dans ma vie même si on ne se voyait plus aussi souvent que lorsque l’on était ado. Elle a lu l’article, ça l’a bcp touchée et je crois que ça lui a fait comme un déclique, que finalement ce n’était pas les gens que l’on voyait le plus souvent ( car prêt par les km ) sur qui on pouvait compter le plus. Cet été je suis allée passée plusieurs jours chez elle ( des années que ça ne nous était pas arrivé ! et je crois que ça lui a fait vraiment plaisir ) demain je suis invité à ses 30 ans et ça me fait vraiment très plaisir également !
    Finalement parfois je pense que les mamans se coupent de leurs amis sans forcément sans rendre compte. Bien sûr que le rôle d’une Maman est très important, mais l’amitié aussi et ça s’entretien. Si tu restes dans ta bulle avec ton enfant et ton mari, et que tu ne fais pas l’effort d’appeler au moins tes amis de temps en temps ceux – ci t’oublieront se diront qu’ils peuvent faire leur vie sans toi et donc ne feront plus l’effort de venir lorsque tu les invites.
    Voici ma vision des choses et mes quelques conseils.
    Quand à ma propre histoire j’espère que celle que je considère comme ma meilleure amie fera l’effort de venir me voir pour mon anniversaire fin Novembre. A suivre …

  20. Anne laure says:

    C’est tout pile ce que j’ai vécu.
    mon enfant a eu 2 ans et j’ai percuté juste avant (pour les proches, les autres étaient déjà loin!)..apparemment « trop tard » pour certain(e)s …pour qui je pense je ne serai donc plus là quand ce sera leur tour.
    Ça a créé voire renforcé des liens avec d autres (néo parents comme nous) avec qui je ne m’y attendais pas, et bien sûr les vrais amis…même loin sont TOUJOURS là mais ça j’en avais déjà eu la preuve!
    Merci en tout cas d avoir mis des mots si juste sur mon ressenti. J’ai passé de mauvais moments quand je me suis rendu compte de ca: un chagrin d amitié de plus comme tu dis.

  21. Escarpins et Marmelade says:

    Mais je me rends compte qu’on a plein d’amies en commun !
    Enchantée donc!
    L’amitié évolue au fil du temps, je vois mes amies beaucoup moins souvent qu’avant , mais je suis résolument fidèle et j’ai gardé presque toutes mes amies de collège et lycée. On se voit peu, mais le lien est bien là, toujours entretenu par l’une ou l’autre.
    Pour moi, c’est vraiment la qualité qui compte et non la quantité. On peut se voir tous les trois ans mais débarquer à minuit chez l’une ou l’autre si un jour, quelque chose ne va pas.
    Voilà un petit roman 😉

  22. Jomina says:

    Vous êtes hyper injustes. Les parents sont parfois hyper insultants!!!
    Le sketch de Florence Foresti quand elle appelle son amie parce qu’elle a besoin de soutien et que l’autre personne ne l’écoute pas.C’est trop vrai.Et hyper blessant.Meme sans enfant on peut avoir des problèmes, vivre des choses douloureuses.
    L’amitié c’est à deux sens.

    De plus la petite phrase « assassine » glissée mine de rien à toute les sauces sur n’importe quel sujet: »tu peux pas comprendre t’as pas d’enfants » est très énervante et blessante du coup sans enfant t’es moins que rien donc ton avis on s’en balance c’est pas la peine de me le donner même si ça concerne pas l’education.T’as pas accouché t’as quand même des neurones??

    Ok si je suis trop stupide ou ayant aucune idée de ce que c’est l’amour pour toi alors je reste pas.J’en avais marre de devoir toujours appeler en premier, de ne pas avoir le droit d’être fatiguée, stressée (car c’est toujours plus dur d’être parent…enfin peut être qu’un cancer ça peut être plus difficile et encore c’est pas sur)et non disponible, sans m’en prendre plein la gueule.

    Et franchement, le nombre de couches remplis et leurs contenus( discussions lancées à table normale!) ne m’intéressent pas. Et je rappelle à tous les parents qu’il y’a que eux qui sont « obligés « de considérer leur enfant comme la huitième merveille du monde et il ne peuvent pas l’exiger des autres.

    Voilà parfois il faut aussi pouvoir aussi se remettre en question je ne compte plus les airs condescendants que j’ai reçu, les remarques que j’ eu sur mon couple, mon mode vie de sans enfant et qu’on me fasse remarquer constamment que je comprends rien de rien à la vie.

    Du coup j’ai arrêté d’appeler et c’est moi la méchante de l’histoire. Moi je l’ai jamais insulté ni mis ses choix de vie en doute.

    Donc rappel l’amitié comme toute relation c’est à deux sens

    • Mômes et Merveilles says:

      Bonjour,
      Je ne comprends pas bien votre propos, pourquoi m’accuser d’être injuste ? Nous nous connaissons ? Savez-vous quelle amie je suis ? Si je suis une personne qui se plaint sans cesse, qui n’appelle pas ses amies, qui glisse des phrases assassines ? Parce qu’à vous lire, on dirait que oui.
      Je pense que vous n’avez pas bien lu mon article, qui est bien plus nuancé que votre commentaire. Où j’écris que l’amitié s’entretient, des deux côtés.
      Vous avez manifestement beaucoup de ressentiment vis-à-vis de votre amie qui a eu un enfant si je comprends bien, c’est à elle que vous devriez ouvrir votre coeur si vous tenez à cette relation 🙂

      • Jomina says:

        Bonjour

        Effectivement c’est une mauvaise formulation le vous n’est pas personnel mais vous= les parents.

        Mon commentaire avait pour but de répondre aux autres commantaires.

        Oui je fais une généralité car toutes les mamans : amies, collègues et ma sœur m’ont fait ce genre de remarques.

        Après de nombreuses vexations j’ai décidé d e ne plus leur parler.

        Cordialement

  23. Jomina says:

    Bonjour
    Que vous refusez d’afficher mon commentaire est une chose.
    Mais vous pourriez au moins m’expliquer pourquoi c’est la moindre des choses
    Cordialement

    • Mômes et Merveilles says:

      Bonjour,
      Tout simplement parce que les commentaires sur le blog sont validés à la main et que je ne suis pas 24h sur 24 sur mon blog 🙂 Désolée de ne pas être aussi réactive et disponible que vous l’auriez souhaité. Ici tous les commentaires sont validés, parfois le jour même, parfois sous une semaine ou plus, selon les moments dispos pour faire un tour sur l’interface administrateur du blog, auquel j’ai accès sur un ordinateur seulement.

  24. Pierre says:

    Personnellement je n’ai pas d’enfants et de ce que j’ai pu voir de mes amis nouveaux parents : tout tourne autour de leur gosse, comme dit dans un commentaire pour eux c’est la 8eme merveille du monde (normal) mais il faut que ce le soit pour les autres également, désolé les gars mais non. On est content pour vous, voilà.
    Caca, biberon pendant 4heure au bout d’un moment ça use. Et quand le ou la petite hurle et fait des caprices à ne plus s’entendre parler (on a envie de le claquer parfois), il faut se forcer à faire risette, les rencontres perdent de leur naturel et on doit se forcer à être hypocrite devant les parents et le gosse, tout devient faussé, ça devient très vite désagréable et fatigant quand on ne l’ai pas. Oh tu as vu il a pété ton nouvel Iphone 8 contre le rebord de la table wahouuuu bravo!
    Il y a le pack famille désormais, j’aimerais voir mon ami pour discuter seul à seul de temps en temps, bah non impossible, package familial obligatoire. Des fois le gosse est horrible, mais c’est la faute des autres parce qu’ils ne le supporte pas, la mauvaise fois aussi c’est génial!
    Au contraire je connais d’autres nouveaux parents, ils ont eu un bébé eh bien c’est comme avant, on met la musique, on fait des apéros, je vois le papa seul de temps en temps à l’extérieur, il ne me parle pas de son gosse pendant 5 heures, il s’interesse aussi un peu à ma vie, il y a échanges. Certes on se voit moins souvent et c’est normal mais il est comme avant, gros bouleversement mais les parents se sont adaptés, il n’a pas l’air aussi gaga comme d’autres parents. Dans les relations amicales il y a toujours une part d’égoïsme, on veut son pote pour soi pendant un moment et les parents veulent que leur enfant soit ultra admiré par leurs amis. Il faut comprendre aussi qu’ils peuvent s’en f**** royalement et qu’ils sont venus vous voir vous, oui on peut avoir des amis qui ne veulent pas être parents, car ce n’est pas leur projet de vie et ça ne les intéresse pas, il faut l’accepter aussi. Dans les 2 cas cela impose un certain degré de tolérance. Mais parfois on voit notre ami et comment ça a tourné et, voilà on a plus envie de revivre ça, on va devoir supporter les hurlements, les conversations couleur caca à regarder le gosse faire n’importe quoi le sourire béas et figé d’hypocrisie, ça fait ch*** (et ça faire peur). C’est de l’égoïsme oui, certains parents aussi sont égoïstes.
    Si on n’y trouve pas son compte, il y a éloignement.
    C’est comme ça, comme après le lycée, « l’écrémage » se fait naturellement.
    Si on tient vraiment à son ami, il faut en discuter, rester ouvert et flexible, essayer de comprendre pourquoi, ne pas s’emporter, on peut toujours être dispo même si c’est moins souvent et tolérant. Les parents doivent comprendre aussi et ne pas trop mettre leur vie de côté, j’ai déjà vu des couples se séparer car le mari il sert à rien pour la maman, y’a que son gosse et c’est tout. Voilà j’ai balancé une « bombe » en commentaire et ne répondrais pas car je ne souhaite pas entrer dans un débat. C’était mon avis « à chaud » qui peut être éclaircira certaines incompréhensions de nouveaux parents vis à vis de leurs relations amicales.

  25. fenshouse says:

    J’ai vécu un peu toutes les situations Une amie qui est devenue parent plusieurs fois. J’ai été là. Mais quand je me suis séparé de mon ancien mec, avec qui je n’ai pas eu d’enfants (Dieu merci). C’est comme si elle avait rompu avec moi aussi .
    Après une fausse couche j’ai une amie qui est tombée enceinte et qui l’a dit à pratiquement tout les gens qu’on connaissait en commun sauf moi, pour me protéger à ce qu’il paraît. J’ étais moi même enceinte (sans le savoir) quand ça a éclaté, et ce via celle qui a été pourtant des années durant ma meilleure amie…résultat elle a jamais su que j’étais enceinte. Au fur et à mesure que je vivais ma grossesse, je me guérissais aussi de ces chagrins d’amitiés. Les 2 premières amies qui sont mamans sont revenues. Avec celle pote de mon ex, on a mis les choses à plat. Du moins essayé, mais j’ai vu que de mon côté, c’était finis pour toujours. D’ailleurs je ne lui ai même pas dit que j’étais enceinte quand elle est revenu régler ses comptes. La seconde on a eu le temps de parler et la relation a changé et s’est peut-être e reconstruite sur base de cette nouvelle parentalité que nous partageons même si ce n’est plus comme avant. Elle n’est plus comme avant et moi non plus, mais on s’apprécie quand même. Mon ex meilleure amie, bon elle a du apprendre que j’étais enceinte par des connaissances communes. Elle ne m’a pas cherché, moi non plus. Il y a elle et une autre que j’ai choisi de laisser de côté car j’occupais principalement la fonction de psy et de dévidoir émotionnel dans leurs vies. Et pendant ma grossesse surtout les premiers mois j’ai vraiment eu besoins de me recentrer sur ma vie mon couple ma famille mon histoire pour préparer cette nouvelle étape au mieux. Consciente que je ne pourrais plus passer des heures à écouter leurs aventures et leurs mal êtres J’ai démissionné avant d’être de tout façon viré car ma fonction principale dans leurs vies était de tout façon « l’oreille attentive » . Par contre, cette grossesse a ravivé et renforcé les liens avec mes 2 petites sœurs, pourtant elle ne sont pas maman Et ça a bcp fait évoluer les relations avec ma mère. Ma famille est beaucoup plus soudée aujourd’hui. J’ai également des amis célibataire où sans enfants avec qui rien n’a changé. Je pense que c’est un moment où on réalise beaucoup de choses. Les relations où on s’appreciait vraiment pour ce qu’on est survivent au couple, à la parentalité Mais ceux où on était là que pour ce qu’on apportait à l’autre : c’est à dire distraire l’autre, amuser l’autre où écouter l’autre le soutenir sans rien recevoir en retour n’y survivent pas. Et c’est normal puisqu’en fait notre fonction était de l’écouter, de le soutenir lui dans ses moments difficiles. Donc si on a plus ce temps alors on ne lui sert plus à rien. Mais heureusement d’autres amitiés se créent et d’autres se renforcent.

Un petit mot ? ✐